Abonnez-vous à la newsletter Les fondamentaux. Je m'abonne

Accueil > Enseignement moral et civique > Respecter autrui > Le racisme, c'est pas sport !

Subir le racisme au quotidien (épisode 2/5)

Nikan le plumigère se heurte au sein même de son équipe de big ball à une forme de racisme latent et au racisme affiché du joueur n° 1, jusqu’au moment où l’entraîneur réagit.

Voir les cinq épisodes de la série « Le racisme, c'est pas sport ! »

En partenariat avec le site Éduquer contre le racisme et l'antisémitisme 

Des fiches pour les élèves sont également disponibles sur le site Eduscol.

Partage

  • Intégrer la vidéo
Copier le code d'intégration :

Taille de la vidéo : x pixels

Lire la transcription

-Après notre victoire au championnat régional de big ball, j'étais fier.
J'avais prouvé ma valeur et trouvé ma place dans l'équipe.
Sauf que...
les entraînements ne se passaient pas toujours bien.
Ce jour-là, l'entraîneur n'était pas de bonne humeur.
Il criait, parce qu'on ne courait pas assez vite.
Tout le monde en a pris plein la figure, mais moi, j'en ai entendu de toutes les couleurs.
"Alors, Nikan, il te faut plus de plumes pour t'envoler ?
Tu as des plumes sur la tête ou des semelles de plomb ?"
Il est comme ça, notre entraîneur, il nous vole dans les plumes pour nous pousser à donner le meilleur de nous-mêmes.
Mais au fond, je me demande s'il se rend bien compte de ce qu'il dit.
Pourtant, ça m'a fait du mal.
Surtout que Numéro un en a rajouté et m'a traité de sale plumeau.
L'entraîneur était furieux, car on jouait n'importe comment.
Il m'a repositionné entre Numéro quatre et Numéro un.
Numéro un l'a très mal pris.
Se retrouver en bout de ligne, lui, l'attaquant en titre ?
Numéro un a hurlé que c'était de ma faute si on jouait mal.
Il me traitait de sale plumeau, d'espèce de plumeux, j'en passe et des meilleurs.
À ce moment-là, l'entraîneur a réagi.
Il s'est excusé d'avoir tenu des propos racistes, a dit que le comportement de Numéro un était inacceptable.
Il a promis de régler ça.
Ils ont discuté un bon moment sur le banc de touche.
Puis ils sont venus me serrer la main, Numéro un en premier.
L'important, dans une équipe, c'est d'être unis.
On avait un super challenge : préparer le match de sélection pour la coupe des chaussettes championnes.

Téléchargement

Vous êtes enseignant

Vous êtes parent