Abonnez-vous à la newsletter Les fondamentaux. Je m'abonne

Accueil > Français > Vocabulaire > Les douze mots de l'histoire

Armistice

Quelle est l'origine de ce mot ? Comment a-t-il évolué au fil du temps ?

Partage

  • Intégrer la vidéo
Copier le code d'intégration :

Taille de la vidéo : x pixels

Lire la transcription

-Quand on pense au mot "armistice", on pense au 11 novembre.
Ce jour férié commémore l'armistice qui mit fin aux hostilités de la guerre de 14-18, appelée la "Grande Guerre".
On a tendance à confondre les sens précis de différents mots : "armistice" mais aussi "trêve", "cessez-le-feu" et "capitulation".
"Armistice" n'est pas facile à prononcer et son origine permet de mieux comprendre le mot.
Il est formé de 2 racines latines, "arma", les armes et "stare", un verbe qui signifie, entre autres, "se tenir", "être debout" et qu'on peut interpréter dans le sens de "rester immobile, à l'arrêt".
L'armistice, c'est l'arrêt des armes.
Est-ce que c'est la paix ? Presque.
Pas encore mais ça veut dire qu'on ne se tue plus et c'est déjà beaucoup.
On arrête les hostilités.
L'armistice est-il synonyme de la trêve ?
Pas exactement car la trêve est comprise comme un moment sans guerre au milieu d'une guerre.
La trêve est provisoire, alors que l'armistice est senti comme définitif.
Et le cessez-le-feu ?
Le mot est plus fréquent dans le vocabulaire journalistique et militaire d'aujourd'hui et a un côté moins solennel, moins officiel qu'"armistice".
Il est récent, n'apparaît pas avant 1945 et c'est la traduction littérale, le calque d'une expression anglaise, "cease-fire".
Au départ, il ne désigne pas un accord entre 2 parties mais un ordre donné par un commandant, donc une décision unilatérale, parfois risquée car sait-on jamais si la réciproque va se déclencher en face au même moment.
De nos jours, l'expression renvoie plus à l'idée d'une décision mutuelle.
"Capitulation" indique une relation encore différente entre les 2 parties, dont l'une reconnaît qu'elle a perdu.
Depuis la fin de la 2e Guerre mondiale, le mot est assimilé à l'idée de capitulation sans conditions, et c'est bien le sens qu'on donne à celle du 8 mai 1945, lorsque les nazis ont reconnu la victoire totale des Alliés.

Téléchargement

Vous êtes enseignant

Vous êtes parent